C’est le CER France qui se pose la question dans une synthèse de 4 pages qui reprend pour la 1ère fois en 2018 les données économiques des fermes bio adhérentes.
Les graphiques sont parlants et les conclusions sans appel “En agriculture biologique, l’absence de fluctuation des prix de vente, le bon niveau d’autonomie (peu d’achats d’intrants) et la meilleure stabilité des rendements stabilisent le résultat en temps de crise” et “l’agriculture biologique relève le défi de la résistance aux crises agricoles, de la juste rémunération de sa main-d’œuvre et assure donc la pérennité des entreprises qui s’y sont engagées”.