Depuis quelques mois, certains groupements du réseau nous alertent sur des produits fertilisants utilisables en bio, dont la conformité avec le règlement bio est incertaine, voire douteuse. Ces produits, en provenance de Chine, et vendu sous le nom commercial Azopril ou Orgamax, font actuellement l’objet d’une surveillance étroite de la part des pouvoirs publics, qui partagent notre inquiétude sur la conformité de ces produits. Un audit sur place sera très certainement réalisé par Ecocert pour établir la conformité, ou non, des composants et du process industriel permettant de produire ces fertilisants. La FNAB est très attentive à l’avancée de ce dossier, sur lesquels il est nécessaire d’obtenir des réponses à court terme.

En attendant ces réponses, nous invitons d’ores et déjà les producteurs à être le plus vigilant possible concernant les produits dits “utilisables en bio” (UAB) en provenance de pays hors union européenne. Cela pour deux raisons principales :

  1. L’exemple de l’Azopril montre que les pouvoirs publics ont très peu de moyens de contrôle sur les produits importés hors UE. En l’occurrence, les fraudes, qui sont en charge du contrôle des produits UAB importés, ne peuvent ni faire un contrôle sur place, ni demander un contrôle sur place à leur homologue local. Le seul contrôle possible est donc documentaire.
  2. La fertilisation en agriculture biologique doit être conçue à partir des ressources de la ferme ou du territoire. Que le produit soit règlementairement UAB ou non, le fait d’utiliser des fertilisants venant de l’autre bout du monde n’est pas en accord avec les principes de base de l’agriculture biologique défendue par le réseau FNAB.

Une réflexion va donc être lancée au niveau FNAB sur ce sujet, dont l’objectif sera de déboucher sur des préconisations concrète dont les groupements pourront se saisir. Il s’agira de permettre à chacun d’identifier ce que l’on juge cohérent et incohérent dans les produits qui sont actuellement disponibles sur le marché “UAB”.